Diamant de Semilly souffle sa trente-et-unième bougie en 2022 et pour l’occasion, nous avons choisi de revenir sur l’extraordinaire carrière de ce champion incontesté.

Diamant de Semilly monté par Olivier Martin au Salon des Etalons de St Lô en 2017

Diamant naît en 1991 en Normandie auprès de Jules Mesnildrey. Il perd tragiquement sa mère quelques jours après sa naissance et pourtant cela n’entache en rien le potentiel de ce fils de Le Tot De Semilly. Après avoir été élevé par l’homme au biberon, le destin lui fera croiser la route de son cavalier de toujours, Eric Levallois. 

À 3 et 4 ans, il démontre son intelligence innée de la barre à Eric, qui le décrit comme « un cheval pas comme les autres ». Ils enchaînent alors les compétitions, sans jamais sauter à la maison, pour éviter d’épuiser ce jeune talent. « Tout ce qu’il faisait, c’était facile », explique Eric. Sa carrière décolle réellement lorsque le couple est sacré Champion de France première catégorie critérium en 1999, Diamant a alors huit ans. Dès lors, tout s’enchaîne pour le bai, qualifié d’hors norme : coupes des nations, Grands prix… Il sera couronné Champion de France Pro 1 en 2002, victorieux de la coupe des Nations de la Baule en 2003, vice-champion d’Europe à Donaueschingen la même année, vainqueur des CSI4* de La Corogne et Paris. 

Le duo prend part à leur plus grosse échéance en 2002 : les Jeux Équestres Mondiaux de Vejer de La Frontera. La veille, Diamant donne des sueurs froides à l’équipe, il souffre d’une forte fièvre à la suite du transport. Pourtant l’étalon se remet et continue d’écrire l’histoire des sports équestres français: le sans faute du couple permet à la France de remporter l’épreuve par équipe et s’octroie une très honorable neuvième place en individuel. C’est la consécration pour le cavalier normand et son bai, qui partaient pour « la performance » mais sans réellement s’attendre à un tel résultat. 

Par la suite, la carrière sportive de Diamant de Semilly continue par des classements et des victoires dans des épreuves Pro 1, CSI2* et 3*. Son cavalier décide en 2005 de prendre du recul sur les compétitions, l’étalon attise la curiosité de plus en plus de passionnés de l’élevage. Malgré leur sélection pour les Jeux Olympiques d’Athènes en 2006, une blessure empêche le binôme de partir en Grèce. Un regret pour Eric, mais la santé de son étalon passe avant tout, qui termine sa vie d’athlète en 2007 à Pontivy, avec une seizième place dans un Grand Prix Pro 1. 

Diamant de Semilly monté par Olivier Martin en présentation au Salon des Etalons de St Lô – 2017

C’est ainsi que sa deuxième carrière débute, celle de reproducteur. Et quelle carrière, puisque Diamant est élu meilleur étalon mondial en 2015 et 2016, tandis qu’il occupe le top 10 du classement World Breeding Federation for Sport Horses (WBFSH) depuis dix ans, et le top 2 depuis sept ans ! Meilleur père de jeunes chevaux, meilleur père de gagnants en CSO, longue est la liste de ses titres. ll est considéré comme le meilleur étalon de tous les temps, avec de nombreux produits classés à plus de 140cm en saut d’obstacles, mais également en concours complet. Parmi ses plus célèbres descendants, nous pouvons citer Dominator 2000 Z, Ilex VP, Safari d’Auge, Mumbai, Quickly de Kreisker ou encore Andiamo Semilly, tous performants jusqu’en 5*. 

Une série de violentes coliques lui fait frôler la mort en 2008 : en trois semaines, l’étalon est opéré trois fois. Sa force de caractère et le soutien permanent de son entourage lui permettent d’en réchapper, avec pour seule séquelle une cicatrice sur le ventre. Une routine particulière s’installe alors pour éviter un nouveau drame. Diamant est traité comme un roi, et à plus de 20 ans, il continue d’être monté régulièrement. Sa dernière apparition publique se fait en 2017, lors du Salon des Étalons de Saint Lo, il est alors âgé de 26 ans. Toujours aussi impressionnant malgré son âge, Diamant de Semilly est vu comme un cheval avec une aura particulière, une présence et un charisme indéniables. Il est décrit comme dominant, très intelligent et prêt à tout pour son cavalier. Eric Levallois le considère comme le cheval de sa vie, et il a marqué également de nombreuses autres personnes. Le lien créé entre Eric et Diamant est encore intact aujourd’hui, comme il le dit lui-même, c’est le premier cheval qu’il voit le matin, et le dernier qu’il voit le soir.

L’étalon bai a inscrit son nom parmi les plus célèbres du monde, et sa descendance continuera longtemps de faire vivre sa légende. Souhaitons à Diamant de nombreuses et longues années de retraite au Haras de Semilly ! 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.