C’est à l’âge de trente-trois ans que l’alezan s’est éteint paisiblement au sein du Haras de Béligneux, dans la région Auvergne Rhône-Alpes.

Retour sur le parcours incroyable de Tinka’s Boy, entre haut niveau et élevage.

Tinka’s Boy en présentation au Haras de Beligneux en 2015 / Eloïse Durand pour Info Jumping

Né en 1989 sous le nom de Hooper, le début de sa vie n’est pas si glorieux. Fruit d’une lignée KWPN, de l’étalon Zuidpool et de la jument Esprit, il n’est pas tout de suite reconnu comme un représentant de la race et se voit être refusé du studbook.

Sa carrière sportive commence alors à la suite de son arrivée en Grande-Bretagne, à trois ans. C’est à cette période qu’il est rebaptisé Tinka’s Boy et qu’il réalise ses tout premiers pas sur les terrains de concours. Peu à peu, il fait sa place dans le milieu et prouve toute l’ampleur de son talent en saut d’obstacles. C’est à l’âge de 7 ans que le jeune étalon arrive sous la selle du cavalier britannique Nick Skelton. Il commence avec lui la compétition internationale en remportant notamment de prestigieuses compétitions telles que la Coupe des Nations de Windsor en 1997. Il est également classé lors du Grand Prix du jumping de La Baule la même année.

Un nouveau chapitre s’ouvre lors de sa vente en 1999. Tinka’s Boy passe sous les couleurs du cavalier suisse Markus Fuchs avec qui il continue et finit sa carrière de grand champion. Les premières apparitions du couple en piste sont prometteuses et montrent des résultats très rapidement. Nous ne pouvons pas parler du généreux alezan et du Suisse sans citer leur double médaille d’argent (par équipe et en individuel) lors des Championnats d’Europe de Hickstead en 1999. En 2000, l’année des Jeux Olympiques de Sydney, ils décrochent à nouveau une médaille d’argent par équipe. À la fin de cette année-là, le couple finit deuxième de la Coupe du Monde de Las Vegas, seulement un an après l’arrivée du KWPN en Suisse.

Markus Fuchs et Tinka’s Boy / Beligneux le Haras

L’étalon et Markus prennent leur revanche l’année suivante, en 2001, lors de la Coupe du Monde de Göteberg où ils remportent la médaille d’or. Jusqu’en 2004, le couple ajoute de nombreux concours à leur palmarès: les Grands Prix de Las Vegas, Leipzig, Milano et d’Aix-la-Chapelle, les Championnats d’Europe de Donaueschingen ou encore la Coupe du Monde à Milan sont autant de concours qui font partie des résultats spectaculaires de l’étalon.

« C’est assurément le cheval de ma vie » dit Markus Fuchs.

« Notre adoré Tinka’s boy a paisiblement terminé sa longue vie .
Notre charismatique champion aura vécu 33 ans et donné tant d’émotions à ceux qui l’ont entouré.
Un grand merci à Markus Fuchs , Madame Liebbher et Nadia et Clément qui ont offert une belle vie à ce monument du sport équestre. Ce soir, nous pleurons . »

Haras de Beligneux

Malheureusement, le fascinant alezan se blesse, ce qui met fin à sa carrière sportive. Dès lors, Tinka’s Boy entame sa carrière d’étalon reproducteur en France, engendrant des centaines de jeunes cracks parmi lesquels nous pouvons mentionner Hallina de Muze (Lisa Nooren), Hocus Pocus de Muze (Harrie Smolders) ou bien Sherazade du Gevaudan (Romain Duguet).

Le monde du cheval perd aujourd’hui un grand nom des sports équestre.

L’équipe d’InfoJumping adresse ses plus sincères condoléances aux proches de Tinka’s Boy.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.