Depuis 2012, la Belgique n’avait remporté la mythique épreuve en deux manches à La Baule. Portée par Peter Weinberg ; Jérôme Guéry, Niels Bruynseels, Grégory Whatelet et Wilm Vermeir ont su garder le cap pendant les deux difficiles manches élaborées par Grégory Bodo et son équipe.

L’équipe Belge (Niels Bruynseels, Jérome Guéry et Wilm Vermeir)

Après une première manche dès lors difficile, les Belges pointaient déjà dans le trio de tête grâce aux sans faute de Jérôme Guéry (Quel Homme de Hus) et de Grégory Whatelet (Nevados S); aux coudes à coudes avec le Canada porté par les parcours vierges de Tiffany Foster (Figor) et Beth Underhill (Dieu Merci Van T&L). Nos frenchies écopent eux de huit points, tout comme les italiens et les suisses, nation lauréate de l’année précédente. La Mannschaft est à neuf points tandis que le Brésil et la Suède (partie à trois cavaliers) sont à douze points.

Pour sa première sélection en équipe de France, Mégane Moissonnier et son puissant Cordial sortent sans faute lors de la première manche ! Simon Delestre et le jeune Cayman Jolly Jumper sortent en huit points tandis que Pénélope Leprévost (Excalibur de la Tour Vidal*GFE) et Kévin Staut (Visconti du Telman) laissent une barre à terre chacun.

Mégane Moissonnier et Cordial

Le suspens était à son comble lors de la deuxième manche. Le Brésil et la Suède, bien trop loin pour espérer un podium terminent avec respectivement 21 et 28 points. Les helvétiques jouent de malchance : Elian Baumann (Campari Z) termine en seize points, Bryan Balsiger (Dubai du Bois Pinchet) et Martin Fuchs (Conner Jei) font tous les deux tomber une barre tandis que Steve Guerdat réajuste son huit points de la première manche en réalisant un beau sans faute. La Suisse termine quatrième. Le pilier de l’équipe allemande, Marcus Ehning, accuse huit points en selle sur son fils de Plot Blue, Priam du Roset et fait passer l’équipe à la sixième place. L’Italie est elle aussi relayée en bas du classement, elle termine cinquième.

Martin Fuchs et Conner Jei

La bagarre débute alors entre la France, le Canada et la Belgique. Simon rectifie son premier tour et termine sur un magnifique sans faute aux rênes de son fils d’Hickstead. Mégane essuie deux fautes de fatigue sur la dernière ligne. Pénélope laisse tomber l’entrée du double sur son puissant gris. Kévin, lui, assure le sans faute et bloque le compteur de la France à douze points. Les canadiens finissent eux aussi en douze points, mais seront plus lents que nos tricolores. La Belgique remporte alors cette Coupe des Nations avec le double sans faute de Nevados S et le splendide sans faute de Quel Homme de Hus !

Grégory Whatelet et Nevados S

Résultats complets : https://results.worldsporttiming.com/event/88/championship/49/result


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.