Le Saut Hermès, créé en 2010, accueille chaque année la crème des cavaliers et des jeunes talents sous la verrière du Grand Palais, au cœur de Paris. Depuis deux ans ce rassemblement, tout comme de nombreux autres, doit faire face à des soucis d’organisation dûs à la pandémie de Covid-19. En plus de toutes les restrictions sanitaires mises en place, le Grand Palais a entamé des travaux de rénovations jusqu’en 2024 (pour la nef, ndlr), année où la capitale accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques. Afin de ne pas priver la population de ce monument historique, une réplique éphémère a été installée sur le Champ-de-Mars au pied de la Tour Eiffel. Pour rappel, la dernière édition du Saut Hermès, au sein du Grand Palais, avait sacré Simon Delestre (FRA) associé à Hermès Ryan dans le Grand Prix pour la deuxième année consécutive.

Echauffement au sein du Grand Palais Ephémère – Victor Robic

Quarante-huit couples se sont élancés sur le tracé imaginé par Santiago Varela et son équipe sur la petite piste du Saut Hermès. Jérôme Guery (BEL) et Quel Homme de Hus jouent de malchance sur la dernière ligne et écopent d’un quatre point ne leur permettant pas d’accéder au barrage. Martin Fuchs (SWI) en selle sur son étalon Chaplin, huitième de la startlist, sera le premier à réaliser le tant attendu sans faute de ce difficile Grand Prix. Il sera rejoint par Willem Greve (NED) qui avait choisi de seller Grandorado TN puis par Christian Ahlmann (GER) et son puissant Dominator 2000 Z. Le bal des sans faute est ouvert, et il se remplit maintenant à vue d’oeil : Peder Fredricson (SWE) et Angelica Augustsson Zanotelli (SWE), respectivement sur Hansson WL et Kalinka Van de Nachtegaele, obtiennent eux aussi leur ticket pour le barrage. Marcus Ehning (GER) aux rênes de Calanda 47 ainsi que Christian Kukuk (GER) associé à Checker 47 parviennent à réaliser le parcours parfait à leur tour. Beaucoup de chevaux se sont retrouvés surpris sur cette piste, à l’instar de Unick du Francport (John Whitaker, GBR) ou encore de Nevados S (Gregory Whatelet, BEL) qui sont sortis de piste avec des points de temps dûs à des refus.

Henrik Von Eckermann et King Edward – Victor Robic

Gregory Cottard (FRA, Bibici), Sanne Thijssen (NED, Con Quidam RB), Pieter Devos (BEL, Moms Toupie de la Roque) ou encore Daniel Deusser (ALL, Scuderia 1918 Tobago Z) ont chacun écopé d’une petite faute ne leur permettant pas d’accéder à la suite de l’épreuve. Edwina Tops-Alexander (AUS), vainqueure en 2017, se voit pénaliser de trois points de temps alors que son hongre Fellow Castlefield avait pris soin de laisser toutes les barres sur leurs taquets. Cinq autre cavaliers viendront compléter le bal des sans faute : José Maria (jr) Larocca (ARG) aux rênes de Finn Lente, Henrik Von Eckermann (SWE) et son tout bon King Edward ainsi que trois français Julien Gonin (Valou du Lys), Julien Anquetin (Blood Diamond du Pont) et Kevin Staut (Cheppetta). Simon Delestre (FRA) et son incroyable Hermès Ryan préfèrent abandonner après deux fautes sur le parcours.

Kevin Staut et Cheppetta – Victor Robic

Au terme d’un barrage à douze, seulement quatre cavaliers ont su trouver la solution pour réussir un double sans faute. Peder Fredricson (SWE) actuellement en tête surveille l’épreuve comme du lait sur le feu : sortira t-il vainqueur ? Kevin Staut (FRA) et la fille de Chepetto (ancienne partenaire de Céline Schoonbroodt de Azevedo) signent un barrage parfait avec trente centièmes d’avance, mais rien n’est fait ! Il reste à passer le couple suédois champion olympique…
Pour quelques centièmes, c’est la Marseillaise qui résonnera au sein du Grand Palais Ephèmere !

Résultats complets : https://results.worldsporttiming.com/event/76/competition/2245/result


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.