Tapis rouge pour Béligneux

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les petits plats ont été mis dans les grands pour le show des étalons de Béligneux. Ici le dress-code est le rouge, alors forcément avant que le public n’arrive on déroule le tapis rouge.

12783574_828435637284979_2524972572140599254_o

Ce qui frappe lorsque l’on rentre dans l’European Stallions Resort, c’est la sérénité du lieu. Seuls les hennissements des chevaux et l’activité humaine peuvent rompre le silence. Dans un village isolé au nord de Servas dans l’Ain, la famille Neyrat a créé un bijou de l’élevage. Inauguré l’année dernière, le centre qui regroupe les étalons du Haras est un véritable havre de paix. On y croise certains des meilleurs chevaux du circuit mondial, mais aussi le futur de l’excellence. Alors que Tinka’s Boy coule une retraite paisible dans ces écuries, son fils Abou Sim Bel prépare son arrivée au plus haut niveau. Le premier est d’ailleurs coquin d’après ses soigneurs, « son truc c’est de mordre les fesses des filles lorsque l’on s’occupe de lui ». Malgré leur âge et leur passé de sportif de haut niveau, les chevaux sont encore en très bonne forme. Le calme de l’endroit et l’amour de l’équipe aide à la belle vie. Tous bénéficient d’un box 5*, spacieux avec une fenêtre donnant sur la forêt ou la carrière. Ici, tout est bien organisé et le matin de la présentation tout le monde s’active pour rendre les chevaux plus beaux que jamais. Même le petit shetland Max, le compagnon de Sandro Boy, a le droit à une coupe et une pédicure.

12788414_596166423893027_1034625394_o

C’est une occasion exceptionnelle pour découvrir le milieu dans lequel ces cracks évoluent, mais également la possibilité de voir leur quotidien. Si Asti Spumante passe de longs moments à regarder ce qui se passe par la fenêtre, Coupe de Cœur garde jalousement son box. « Il a un tic, il ne supporte pas que l’on touche son box », explique Sébastien Neyrat, responsable des lieux. Un champion qui reste cependant gentil et très maniable. Ici les étalons cohabitent tous ensemble, et aucune jument n’est présente dans les écuries. Seules deux pouliches, filles de Con Air, étaient sur place dimanche pour la présentation. La seule touche féminine des lieux se trouve dans l’équipe. À commencer par Nadia, qui gère les écuries, ou encore Chloé, qui s’occupe de chouchouter les champions. Ici tout le monde a un rôle précis et la cohésion de groupe est instantanée. Anthony, le cavalier maison, présente les étalons lors des salons et forme les futurs cracks aux côtés d’Andrea Caprara. Toute l’équipe partage l’amour de l’élevage et du sport. Une « entreprise familiale », comme le mentionne Jean-Christophe basé au centre d’insémination à Chatenay, qui a su gagner des grades avec les années et qui ne cesse de s’agrandir.

Un travail qui paie puisque le crack de Marcus Ehning, Sandro Boy, a rejoint les écuries il y a peu. « Il y a quelques années nous avions essayé de faire venir For Pleasure et Baloubet du Rouet en France  mais nous n’étions pas assez mûrs encore », a déclaré Sébastien Neyrat lors de la présentation du crack. Alors l’arrivée de Sandro Boy marque la consécration du travail de l’équipe. Malgré tout, cela ne fut pas facile d’obtenir la garde provisoire du champion. « Marcus aime son cheval, il aime le voir dans son box, Sandro Boy reste le cheval préféré de Marcus », explique Sébastien Neyrat.

12819259_828886007239942_1425776861084679330_o

Mais ce n’est pas tout. En plus d’assurer la pérennité de la réputation des étalons qui occupent les écuries, l’équipe de Béligneux cherche à développer la jeune génétique. Un pari qui semble réussi lorsque l’on se penche sur les récents résultats. Deux des étalons nés chez eux, The Best of Bel et Vepsom Bel, sont désormais en Italie. Tous deux préparent leur carrière au haut niveau sous la selle de Claudio Minardi. Vepsom Bel a participé aux Championnats du Monde jeunes chevaux de Lanaken l’année dernière. Autre fierté de la maison, Abou Sim Bel, qui terminait quatrième du championnat à Fontainebleau l’année dernière. Le fils de Tinka’s Boy réalisait également deux tours sans faute lors des championnats du monde jeunes chevaux de Lanaken en 2015.

12792222_980932391999672_1698289319177305140_o

L’ouverture au public à l’occasion de la présentation s’est faite à partir de 14 heures. C’est sous les yeux d’environ 400 personnes que les étalons ont fait leur show, avec plus ou moins d’énergie. Coupe de Coeur a eu l’honneur d’ouvrir le bal. Le beau gris de 20 ans s’est montré très en forme. Vepsom Bel, Cancellara ont ensuite montré ce qu’ils valaient sous la selle. Kigali, 24 ans, a fait rêver tout le public avec ses allures de dresseur à couper le souffle. Le seul poney, si on oublie un instant Max le fidèle compagnon de Sandro Boy, Rohirrim Palija a survolé les barres avec sa cavalière Victoria Rouvière. Cette dernière a ensuite pris la parole, et c’est avec beaucoup d’émotions qu’elle a parlé de son poney aux allures de cheval. Linton, Asti, Abou Sim Bel se sont présentés de la plus belle des manières. Tinka’s Boy est ensuite venu fouler le sable de la carrière. Le bel alezan est désormais en retraite définitive. Le bel Acantus a eu l’honneur de passer juste avant la star du jour Sandro Boy. Mais, au moment de l’entrée en piste du magnifique bai de Marcus Ehning, c’est Max, le petit shetland qui apparaît.  Ce petit alezan, hongre qui plus est, a tout de même une belle carrière derrière lui. Max a été le majordome de For Pleasure pendant 6 ans, et vit désormais avec Sandro Boy. Sandro Boy est finalement apparu et a émerveillé le public. C’est sur une photo de groupe que les présentations en main ou montée s’est terminée. Les visiteurs ont ensuite eu la chance de visiter les écuries.

La journée est, pour le Haras de Beligneux une réussite comme l’explique Sébastien Neyrat,  » C’est une très belle seconde édition, les chevaux étaient au top et tous nos clients fidèles étaient présents. Cela lance la saison d’une très belle manière, c’est plus qu’un intérêt commercial. On pourrait se passer de journées de ce type mais c’est une véritable source de motivation pour l’équipe, et une source de satisfaction pour les éleveurs. C’est un bel événement qu’on aime organiser. La semaine dernière nous étions à St-Lô et c’était incroyable car nous avions Sandro Boy. Ce cheval est un idole pour beaucoup de monde, il a une aura incroyable. Nous ne l’avons que pour une année, il a peut-être des chances de rester, tout dépendra de ce qu’il fait en France. Mais il est vraiment très demandé et c’est un monument en Allemagne. ». Beligneux le Haras sera au Top Sires de Chazey ce dimanche avec Abou Sim Bel, la star Sandro Boy et  Rohirrim Palija  !

Marion Gergely & Auriane Guiot