« Pour moi, c’est une fierté de porter la veste bleue », Romain Lavigne

La semaine prochaine se tient le CSIO 3* de Samorin, Romain Lavigne, cavalier rhônalpin, prendra part à cette échéance. Lui qui avait participé à son premier CSI5* à Equita Lyon en 2016, participe à sa première Coupe des nations. 

Romain Lavigne et Pharaon Belle Menee lors du CSIW 5* d’équitation Lyon. © Marion Gergely- Info Jumping

Pour sa première participation à un CSIO, Romain Lavigne a naturellement décidé d’emmener Pharaon Belle Menee, sa monture de tête. « Il passera la visite vétérinaire mercredi et participera à l’épreuve du jeudi, à la suite de ce parcours Thierry Pomel choisira les cavaliers pour la Coupe des nations« , explique le cavalier. Le cavalier emmène une deuxième monture pour participer aux épreuves 2*, Thylane de Vernay, monture d’une de ses élèves.
« Je n’ai pas fait de préparation particulière, je connais mon cheval. Ce week-end, je participe au CSI de Valence. » Pour préparer au mieux sa monture Romain Lavigne ne sautera que deux parcours à 1,50 mètre et ne s’engagera pas dans le Grand Prix.

Une sélection inattendue

Le cavalier ne s’attendait pas à cette sélection, même si à Fontainebleau, lors des Masters Pro, il en avait parlé avec Thierry Pomel. Mais, c’est avec joie qu’il se rend à Samorin. « S’il y a bien une Coupe des nations que je voulais faire, c’est celle de Samorin« . L’objectif sur place est évidemment de faire un beau concours et surtout de bien commencer le premier jour pour prendre part à la Coupe des nations du vendredi.
« Pharaon est très bien, et je prends Thylane que j’avais monté à la fin de ses 6 ans et au début de ses 7 ans. Cela me permet de préserver Unik (d’Az, Ndlr) pour Chazey où j’aimerai qu’il fasse le Grand Prix. »

« Pharaon le mérite »

Être sélectionné en équipe de France est une fierté et le cavalier ne s’en cache pas. « Pour moi, c’est une fierté de porter la veste bleue. C’est quelque chose qui me tient à coeur. Ce n’est pas rien, nous ne sommes pas nombreux à avoir cette chance. Il faut avoir le bon cheval, au bon moment. C’est beaucoup de travail mais c’est une belle récompense. Pharaon le mérite. C’est un travail d’équipe. »