« Je suis très reconnaissante envers Olivier Bost » Rose de Balanda

C’est sur la route du retour de Samorin que nous avons pu parler avec notre Vice
Championne d’Europe Children : Rose de Balanda. Elle se livre sur les coulisses de ces Championnats, revient sur son parcours et nous donne des nouvelles de Tricky Choice du Péna, son poney de Grand Prix arrêté depuis la Coupe des Nations d’Hagen en Juin dernier.

Tu as 13 ans, c’est bien ça ?
Exactement, depuis le 21 juin. 

Depuis quel âge montes-tu à cheval ?
Je monte depuis que je suis toute petite mais j’ai commencé les compétitions à l’âge de 6 ans.

Tu viens d’une grande famille de cavaliers, est-ce que tu es née passionnée ?
Exactement ! Lorsque je suis née ma maman, Inès de Balanda, montait à haut niveau.
Puis très jeune j’ai eu mon premier poney. Ensuite, j’ai fait mes premiers concours et ça ne m’a plus quittée !

Peux-tu me parler rapidement de ton parcours ?
J’ai débuté avec un poney B que je montais dans un poney-club.
Quelques années plus tard, j’ai continué à apprendre auprès de ma maman dans nos écuries. Ensuite, nous avons loué des poneys B, puis C afin que je puisse évoluer et faire de plus en plus de compétitions.

As-tu un programme scolaire spécial qui te permet de monter plus souvent ?
Je fais mes études par correspondance avec le CNED, ce qui me permet de monter tous les jours et de passer le plus de temps possible aux écuries.

Rose de Balanda & Tricky Choice du Péna – BIP 2017 – Copyright : Eloise Durand pour Info Jumping

Combien as-tu de chevaux / poneys que tu montes en compétition ?
J’ai mon poney de Grand Prix : Tricky Choice qui a 10 ans. Une jument de 8 ans, Emma Karla, que je monte depuis 2016 sur des épreuves à 1m30/1m35. Et bien sûr, j’ai Tzara Belin, une fille de Toulon de 10 ans.

Lequel préfères-tu ?
Tricky ! Car c’est celui que je connais depuis le plus longtemps, avec lequel j’ai eu de nombreuses victoires et donc, de très bons souvenirs ! Même si Tzara commence à le rattraper avec ce qu’il vient de se passer ce weekend.

D’ailleurs, peux-tu nous donner des nouvelles de ton poney, Tricky Choice du Péna, qui n’était pas bien depuis la Coupe des Nations d’Hagen ?
Tricky va beaucoup mieux ! Nous l’avons fait sauter la semaine dernière aux écuries et il revient au meilleur de sa forme.

Revenons sur ces championnats, comment as-tu vécu ta sélection ?
Nous avons eu un gros coup dur après l’incident à Hagen avec Tricky car normalement nous devions courir ensemble les Championnats d’Europe Poneys. Heureusement qu’Olivier Bost, l’entraineur de l’équipe de France des Jeunes Cavaliers, m’a donné ma chance pour concourir dans ma catégorie : les Children. Je lui en suis très reconnaissante et je le remercie de m’avoir laissé ma chance. Je voulais vraiment bien faire pour lui et lui prouver qu’il avait eu raison de me sélectionner.

Qui a fait le déplacement avec toi ? Ta famille ? Tes amis ?
Mes parents étaient présents toute la semaine ainsi que ma grande sœur de cœur : Marguerite, qui est avec moi dans toutes les grosses échéances.

Concernant la compétition, tu n’as pas fait tomber une barre du weekend, comment as-tu géré la pression ?
Déjà au stage de préparation, ma jument sautait très bien, ce qui m’a donné confiance.
Mais je dois avouer que l’atmosphère de la Team France : les cris, les encouragements et les drapeaux m’ont portée et m’ont encouragée à faire de mon mieux. Même si le premier jour n’a pas été facile car je passais en n°2 et que le premier cavalier était 4 points. Mais finalement, je suis sortie sans faute.
Ensuite, j’ai essayé de me mettre le moins de stress possible et tout s’est très bien déroulé. Ma jument sautait de mieux en mieux et j’en ai profité !

Rose de Balanda & Tzara Belin – Samorin 2017 – Copyright : M.B

Lorsque tu étais en compétition par équipe, est-ce que tu pensais à ton individuel ?
Oui, une partie de moi me disait « fais-le pour l’équipe » et l’autre « assure pour ton individuel ».

Peux-tu me parler de l’entente entre la Team France ?
Dans ma catégorie « Children », nous sommes tous amis depuis très longtemps. Et au niveau de la Team France, il y avait très bonne entente et une bienveillance. Tout le monde souhaitait le meilleur pour chaque cavalier, c’était très appréciable !

Une partie de l’équipe de la Team France avec Olivier Bost suite à la médaille de Rose – Copyright : Capture d’écran Facebook Samorin 2017 Team France CSO Jeunes

Parlons de l’avenir, quelles sont les prochaines échéances?
Tout d’abord, nous allons mettre Tzara au repos pour quelques semaines. Et je vais en profiter pour me concentrer sur Tricky. J’espère que nous pourrons reprendre le chemin des compétitions avant la fin de l’année. 

Qu’as-tu prévu en 2018 ?
D’ici le début de l’hiver 2017, mon objectif serait de pouvoir débuter des épreuves à 1m40 avec mes juments. Et au cours de l’année 2018, avoir la possibilité de faire des CSI2*.

Si l’on se projette plus loin, quel métier souhaiterais-tu faire ?
J’aimerais être cavalière professionnelle, sans hésitation !

Enfin, quel est ton meilleur souvenir en tant que cavalière ?
Je dirais, ma médaille d’argent ce weekend à Samorin qui a été un grand moment pour moi. Mais je n’oublierai jamais la coupe des nations de Fontainebleau !

Les Vices Championnes d’Europe Children 2017 – Samorin – Copyright : Capture d’écran Facebook Rose de Balanda

Propos recueillis le 13/08/17 par Marine Piquet pour Info Jumping