« J’ai vraiment un bon feeling pour cette finale » – Daniel Deusser

Derrière la froideur allemande apparente et l’imposant physique de Daniel Deusser se cache en réalité un cavalier sympathique, abordable mais surtout très talentueux. Vainqueur de la finale Coupe du Monde à Lyon l’année dernière avec Cornet d’Amour et gagnant de nombreux Grand Prix, le cavalier vient de se hisser au sommet de la ranking mondiale, reléguant Scott Brash sur la deuxième marche après 16 mois de règne. Interview avec le cavalier de l’écurie Stephex qui arborait pour la première fois son brassard de numéro 1 mondial lors du Saut Hermès à Paris. 

IJ : Première question assez évidente : Comment vous sentez-vous en tant que nouveau numéro 1 mondial ?

Daniel Deusser : C’est toujours très agréable mais c’est quand même plus quelque chose pour les statistiques et la renommée. Durant les dix prochaines années je pourrai dire que j’ai été numéro un mondial une fois dans ma vie. Maintenant le but est de ne pas l’être qu’un seul mois ! (Rires)

Daniel Deusser portait pour la première fois le brassard de n°1 mondial - Crédits photos Aurianne Guiot/Info Jumping
Daniel Deusser portait pour la première fois le brassard de n°1 mondial – Crédits photos Auriane Guiot/Info Jumping

IJ: La finale Coupe du Monde de Las Vegas a lieu la semaine prochaine et Scott Brash, qui se positionne juste derrière vous en terme de points ne sera pas présent. Est-ce que réaliser une performance est essentiel pour vous?

Daniel Deusser : Las Vegas a toujours été un de mes principaux objectifs cette année. Gagner c’est toujours difficile et surtout de le faire une seconde fois ! Au vu du nombre de bons cavaliers et de bons chevaux qui seront présents se sera très compliqué. Mais, j’ai vraiment un bon feeling pour cette finale. J’ai déjà gagné l’année dernière. Cornet d’Amour est en pleine forme, il a déjà prouvé qu’il était bon dans les championnats comme ceux-ci et en plus il vient de remporter le Grand Prix de S’hertogenbosch il y a un mois. Si je me concentre et que je monte bien je pense que nous avons une réelle chance d’être dans le top 10.  J’espère que les États-Unis me porteront chance comme la France l’a fait l’année dernière (Rires) !

IJ : Nous aussi ! Pour vous aider dans vos performances et au quotidien vous êtes très bien entouré dans l’écurie Stephex. C’est un peu comme une écurie de Formule 1 n’est-ce-pas ?

Daniel Deusser : Un peu en effet, la très bonne chose chez Stephex est que nous avons beaucoup de très bons chevaux mais aussi des cavaliers pour les jeunes chevaux et les petites épreuves. Le nombre de cracks chevaux que nous pouvons monter est incroyable et j’en suis vraiment ravi. En plus de cela les infrastructures et tout le reste ont vraiment été pensés pour nous permettre de travailler au mieux. À côté de ça il y a l’écurie de commerce qui permet de faire rentrer de nouveaux chevaux et l’écurie de compétition qui permet de nous emmener au plus haut niveau.

Daniel Deusser et Cornet d'Amour lors d'Equita Lyon
Daniel Deusser et Cornet d’Amour lors d’Equita Lyon  avec les couleurs de l’écurie Stephex- Crédits photo Auriane Guiot / Info Jumping

Info Jumping : Ce week-end il y a trois autres cavalières Stephex avec vous : Zoé Conter, Petronella  Andersson et Jonna Ekberg. Comme cela se passe dans des concours comme le Saut Hermès et avez-vous une organisation d’équipe ?

Daniel Deusser : Ici l’organisation est assez simple puisque les filles ont une épreuve par jour et il y a beaucoup de temps entre les épreuves. Je les aide et conseille au maximum à la reconnaissance et au paddock. Zoé Conter n’a que 16 ans mais est déjà très performante. Petronella et Jonna ont plus d’expérience mais sont tout aussi talentueuses. J’espère qu’elles feront de belles choses à l’avenir et c’est tout ce que je souhaite pour elles et l’écurie Stephex

Propos recueillis par Marie Lafargue