Gudrun Patteet entre dans l’histoire des Longines Masters

Quel incroyable week-end des Longines Masters pour cette première édition au bord du lac Léman ! Après ces quatre jours de compétition, Christophe Ameeuw, fondateur et président de EEM, ainsi que les trois vainqueurs du Longines Grand Prix se sont exprimés.

Dix ans se sont écoulés depuis la première édition des Longines Masters à Paris. Les années passent, mais les priorités restent les même pour Christophe Ameeuw, fondateur et président de EEM« On se sent évidemment très heureux ! À chaque fois que l’on fait un Masters, que ce soit Paris, Hong Kong ou New York et aujourd’hui à Lausanne, la priorité est le sport, c’est ce qui doit primer, c’est le sport avant tout et c’est pour cela que l’on a créé ces évènements. Ce qui concerne Lausanne, pour nous c’est une première et en plus en outdoor ! Nous sommes excessivement heureux, donc merci à Longines de nous avoir suivi et accompagné jusqu’ici!  Merci bien entendu à la ville sans qui nous n’aurions pas pu être dans cet endroit aussi incroyable et unique au monde et encore merci à tous les partenaires sans qui nous n’existerions pas! »

Sea Coast Pebbles Z sous la selle de la Belge Gudrun Patteet. Info Jumping – © Chloé Neeser

Dans le Grand Prix de dimanche, Gudrun Patteet est rentrée dans l’histoire de ces Longines Masters. Après Pénélope Leprevost en 2011 et Edwina Tops-Alexander en 2018, toutes deux victorieuses à Paris, la Belge est la troisième femme à s’imposer dans une édition des Longines Masters depuis leur création. En effet, elles étaient seulement deux femmes à prendre part au barrage. « On est ici dans l’un des plus beaux concours au monde avec les autres destinations Masters et on se rend compte qu’on a deux femmes sur la première et la deuxième marche, un cavalier de renommée internationale, extraordinaire, top mondial, sur la troisième marche donc avoir une valeur de sport olympique où les femmes et les hommes font la même compétition au même niveau, ben moi je dis, mesdemoiselles, mesdames, félicitations vous êtes merveilleuses  et le monde vous regarde! »

Gudrun s’est bien évidemment exprimée sur sa victoire avec Sea Coast Pebbles Z: « Je suis très fière de mon cheval. Il a vraiment joué le jeu avec moi, il a encore une fois montré qu’il était exceptionnel, pas seulement parce qu’il harpe avec son postérieur mais surtout parce que c’est un crack cheval. Il est vraiment en super forme. »

Giulia Martinengo Marquet, deuxième avec son hongre Elzas (Diamant de Semilly), était elle aussi ravie d’avoir fait le déplacement. « Ils m’ont donné la chance d’y être. Alors je suis fière de mon cheval surtout, il est formidable, il a sauté magnifiquement bien à Rome et Saint-Gall et maintenant ici. C’est formidable ce concours, le public et tout ça, je suis tellement contente que je ne peux pas regretter d’être deuxième. »

Nicola Philippaerts, troisième avec Katanga v/h Dingeshof, réalisait une magnifique performance avec sa jument de neuf ans, qui n’avait pourtant jamais pris part à un Grand Prix 5*. « Je pense que la jument était en super forme et c’est la première fois qu’elle sautait un GP 5* et elle l’a super bien fait ! On va lui laisser quelques jours de repos et faire un planning pour elle pour voir ce qu’il y a de mieux à faire mais elle pourra bientôt faire un autre 5* je pense. (…) Je trouve que c’est un très joli concours, je suis heureux de pouvoir monter ici. » 

ndlr: retrouvez les impressions de Nicola avant de prendre le départ du Grand Prix juste ici

Giulia Martinengo Marquet, Gudrun Patteet et Nicola Philippaerts. Info Jumping – © Chloé Neeser

Lausanne, en plus d’être le premier Longines Masters sur une piste extérieure, présentait également une phase test concernant la nouvelle génération de cavaliers. « Si l’on voit l’évolution du sport ces dix dernières années, entre la première édition à Paris et la dernière de ces 4 étapes aujourd’hui  à Lausanne, il y a beaucoup de choses qui changent. Il y a de plus en plus d’évènements, on est passé de trente à cent 5*, il nous faut bien entendu des cavaliers, des chevaux et il faut les meilleurs. Donc, si nous, en tant qu’organisateurs, on ne se remet pas en question à investir dans la nouvelle génération et à créer un lien entre la nouvelle génération qui est en train de se construire et les concours de haut niveau, et bien on va perdre ! Parce que les cavaliers et les chevaux ce sont les acteurs de nos événements. Sans eux, on a plus d’événements. Donc on doit, et c’est absolument nécessaire, investir dans la nouvelle génération. Oui on veut offrir les meilleurs événements au monde, (…) mais on veut aussi leur dire qu’on veut les aider et les accompagner à devenir les nouveaux visages. On a besoin d’eux. »

Sur les listes de départs du week-end, nous avons pu trouver, et même découvrir, certains cavaliers qui ne débutaient, pour certains, que depuis quelques temps dans les 5*, comme le jeune Filippo Marco Bologni qui participait pour la première fois aux Longines Masters. « Si vous regardez ces nouveaux cavaliers que l’on a invités à Lausanne, déjà ce sont des performances extraordinaires qu’ils ont fait avant de venir ici, mais ce qu’ils ont fait ce week-end, ou le petit 4 points qu’ils ont fait dans le Grand Prix 5*, c’est ça qui va les forger, leur donner le niveau et c’est grâce à ces expériences là qu’on va créer de nouveaux acteurs dans notre sport. » C’est donc une très bonne nouvelle pour les futurs espoirs du haut nouveau car, dès à présent, grâce à la Rider Lab, les tant réputés Masters ouvrent leur porte à 30% de cette nouvelle génération. « Bien sûr, on les invite à venir sur toute la série ! Il y aura des sélections officielles avec des résultats, bien entendu toujours accompagnés de la fédération internationale et les fédérations nationales et puis aussi un accompagnement pour la communication pour gérer au mieux leurs partenaires pour avoir de nouveaux sponsors et de nouveaux propriétaires. »

Après ce succès auprès des spectateurs et des nombreux retours positifs des cavaliers concernant cette nouvelle étape, le calendrier des Longines Masters contiendra dès à présent ces quatre destinations que sont Paris, Hong Kong, New York, et maintenant, Lausanne. Rendez-vous donc à la nouvelle saison de ces Masters, du 5 au 10 décembre 2019, à Paris.