Equidia…chronique d’une fin annoncée

Orphelin. Voilà comment on se sent depuis l’annonce du clap de fin de la chaîne Equidia Life.

Le compte à rebours a commencé. Le 31 décembre, le rideau tombera sur une belle aventure et un projet sans précédent. Comme Eddy Mitchell dans sa Dernière Séance, la nostalgie nous envahit déjà. Car quand le mot « FIN » s’imprimera sur l’écran, dans 16 semaines, on aura tous le cœur serré, on aura tous l’impression d’avoir perdu quelque chose, on aura tous cette sensation que ce ne sera plus jamais comme avant.

Billy Twomey à Equita 2016

Car oui, Equidia Life, c’est / c’était la fenêtre sur les sports équestres. Une vitrine accessible à tous. Accessible en terme de programmes, mais accessible aussi par sa gratuité – ne nions pas que le « fric » est trop souvent, hélas, le nerf de la guerre -. Equidia Life, c’était la possibilité de rencontrer un sport si confidentiel, de pouvoir le médiatiser enfin à sa juste valeur. Parce que oui, l’équitation est bien un sport, malgré les bêtises que l’on a tous entendues un jour ou l’autre : « Ah, tu fais du cheval ? mais c’est pas un sport, ça ! ».

La réussite d’Equidia Life, c’était aussi de nous offrir un accès à toutes les disciplines équestres. Le CSO bien sûr, mais aussi de la voltige, de l’attelage, du reining… Et puis la rando avec ces magnifiques reportages partout dans le monde. Les spectacles, auxquels il n’était pas toujours possible de se rendre. Sans oublier la place unique qui était faite au para équestre. Qui va nous montrer désormais ces héros du quotidien, ces centaures admirables ? 2 minutes tous les 4 ans entre 2 pages de pub pour les JO au journal de 23h ?Enfin, avouons-le, c’était aussi la possibilité de découvrir, pour le néophyte ou pour le cavalier aguerri, les autres disciplines. Celles qu’on ne pratique pas nous-mêmes.

Terminé l’adrénaline devant les grandes épreuves diffusées en direct. Terminé les commentaires accessibles des consultants de chaque discipline. Terminé les soirs devant un beau reportage qui faisait entrer le bruit des sabots dans le salon. Terminé les jolies histoires d’amour entre un équidé et son maître qui me faisaient souvent pleurer. Equidia Life, on vous doit tellement de beaux moments !

Maiju Mallat et Vatson Sitte

Fini. Fin. La vitrine n’était probablement pas assez visible. L’offre pas assez alléchante. On cherche une explication vainement… car on la connaît tous, la raison : la fameuse rentabilité. Toujours soutenue à bout de bras par sa grande sœur Equidia Live, qui restera sur nos écrans après la date fatidique, cette dernière ne peut plus supporter les frais. Mais une chose m’échappe pourtant. L’équitation n’est-elle pas la 3ème fédération sportive française en terme de licenciés ? Il y a donc bel et bien un public présent, conséquent et certainement demandeur. La chaîne n’était-elle pas la meilleure – et la seule – vitrine télévisuelle des sports équestres ? Et de rappeler l’engouement bien visible pour ce sport juste après les JO il y a 1 an. Alors quoi ? L‘un sert l’autre et tout s’arrête là ? Comme ça ? Sans en arriver à dire de manière péremptoire, comme on a pu le voir ailleurs, que la fédération pourrait, devrait, aurait dû… Ou que les spectateurs auraient dû… Quant aux grands investisseurs ? Il y s’en est présenté, mais rien n’a été concrétisé. Pas intéressés, eux non plus, aussi cavaliers soient-ils. Voilà ce que c’est de n’être ni rentable ni médiatique dans notre société… De toute façon, c’est trop tard. Orphelins nous sommes.

Bien sûr, il existe déjà des solutions de repli dont la majorité est gratuite comme ClimpMyHorse ou les captations propres à certains concours. Cela permettra de les suivre en direct, mais ne remplacera pas le reste.

John Whitaker – Lord of Arabia

Quand le mot « FIN » s’imprimera sur l’écran, le 31 décembre, chacun d’entre nous se dira : et si j’avais accepté de payer un petit abonnement ? Et si j’avais encore plus regardé la chaîne ? On ne voit pas toujours la valeur des cadeaux que l’on nous fait. C’est quand tout s’arrête qu’on regrette. Pourtant, on s’en doutait depuis quelque temps déjà…chronique d’une fin annoncée. Mais nous sommes ainsi : tant que le fait n’est qu’une hypothèse, on s’enivre, on s’emballe, on oublie et on verra plus tard. Quand le mot « FIN » s’imprimera sur l’écran, le 31 décembre, la plupart d’entre nous, une coupette à la main, fêtera la naissance d’une nouvelle année, et n’aura que faire du dernier souffle de la belle dame du nom d’Equidia Life.

Alors, c’est aujourd’hui, demain, et tous les jours des 16 prochaines semaines, que nous allons vous dire merci ! Merci à tous, ceux devant l’écran, ceux derrière l’écran, ceux qui vont faire vivre jusqu’à l’ultime soirée, la belle dame du nom d’Equidia Life.