Conrad de Hus s’envole pour les USA

C’est officiel, Conrad de Hus n’évoluera plus sous la selle de Grégory Wathelet. Le crack du vice-champion d’Europe s’envole pour les États-Unis, il rejoint les écuries de Quentin Judge.

« C’est avec un sentiment mitigé que je vois le départ de Conrad. D’un coté je suis triste et déçu de perdre un cheval aussi exceptionnel qui m’a permis de faire la meilleure saison de ma carrière l’année passée et notamment cette médaille à Aachen (le couple termine sur la deuxième marche du podium des championnats d’Europe, NDLR). D’un autre coté, cela à toujours été le souhait de Xavier-Marie et donc j’ai le sentiment d’un travail accompli et je préfère voir la situation dans le sens d’avoir eu la chance que son propriétaire m’ait fait confiance en le gardant si longtemps et pouvoir compter sur lui pendant 3 saisons complètes au haut niveau. Nous savons tous aussi que nous sommes dans l’obligation de vendre régulièrement « pour faire tourner la boutique » et que cela fait partie de notre sport. On doit donc être préparé à ces départs. Même s’il est clair que dans le cas présent, ce n’est pas très agréable. Je suis évidement très content de le voir intégrer une écurie où je sais qu’il sera bien traité car il le mérite vraiment. En 2014, il m’a permis de réaliser un double sans faute lors de la Coupe des nations à Aix avec une victoire à la clé et de participer au championnat du monde à Caen avec une place en finale. Ensuite, en 2015, j’ai pu remporter le GP5* de Chantilly,  la Coupe des nations à St Gall ainsi que la grande finale à Barcelone en réalisant le seul double sans faute de l’épreuve, sans oublier ma 4ème place à Bâle et ma 6ème place à Calgary. Et bien évidement ma médaille d’argent à Aachen durant l’été. Cette année, il venait de reprendre la compétition à Oliva après un repos de quelques semaines bien mérité pour enchaîner sur le Sunshine tour avec son retour en GP la semaine passée. Je le trouve de nouveau en grande forme et prêt pour repartir dans les gros concours. 

Conrad restera néanmoins quelques semaines supplémentaires dans mes écuries afin d’aider son cavalier au maximum dans la transition. Par ailleurs, je serai encore amené à le monter à la maison, ce qui me réjouit et atténue un peu ma peine de le voir partir », explique Grégory Wathelet sur son site internet.

Marion Gergely

gregconrad